Et si être le/la préféré.e de ses parents était finalement une malédiction?

June 1, 2018

 

Avez-vous le sentiment de saboter votre vie, vos relations ou de vous empêcher de réussir?

 

Où avez-vous le sentiment de ne pas être légitime dans ce que vous réalisez ou que vous ne méritez par la réussite? 

 

Faites-vous partie de ces personnes qui ont été les chouchous de leurs parents ou en tout cas de l’un d’eux?

 

Si vous vous reconnaissez dans au moins l’une de ces trois questions, il est quasi sûr que vous souffrez d’une forme de culpabilité inconsciente et que vous avez tendance à vous punir, saboter votre vie, vos relations sans comprendre pourquoi. 

 

 

La culpabilité inconsciente, racine de nos autosabotages.

 

J’ai pu observer, pour moi-même comme pour la plupart de mes client.e.s, que nos problèmes sont indubitablement liés à un profond et inconscient sentiment de culpabilité.  Cette dernière est très puissante, sournoise et destructrice. Elle agit sur tous les plans de notre vie que ce soit physiquement, émotionnellement ou socialement au point de parfois nous tuer à petit feu. 

 

Bien entendu, la culpabilité est nécessaire pour nous faire ressentir quand nous agissons mal, que nous sommes malhonnêtes, mais qu’en est-il quand celle-ci nous empêche de gagner suffisamment d’argent, de réussir un projet, de créer une relation amoureuse heureuse ou une famille épanouie? 

 

Pourquoi ressentons-nous une culpabilité inappropriée qui nous coupe de notre droit au bonheur, à l’abondance, à la santé et à l’amour? 

 

Armelle a tout pour elle, mais...

 

J’ai reçu dernièrement Armelle, une jeune femme, belle, intelligente, dynamique, positive et créative. Si vous deviez rencontrer ma cliente, vous diriez qu’elle a tout pour elle, et pourtant, elle n’arrive pas à créer une relation de couple et donc une famille, et sa vie professionnelle stagne. Sa vie est certes confortable (elle ne manque de rien) comparée à beaucoup de personnes mais ne la satisfait pas.  Il lui manque quelque chose e,t ce n’est pas un manque de spiritualité, car elle a aussi développé cette dimension dans sa vie. 

Dernièrement,  elle a pris conscience qu’elle ne s’autorisait pas à avoir plus que son frère et sa soeur.  Elle me confie que si elle devait les dépasser en succès et bonheur, ce serait comme si elle les abandonnait ce qui n’est pas possible pour elle. 

Elle me donne quelques exemples. Lorsque son père a offert à chacun de ses enfants une voiture, elle n’a pas pu accepter une voiture plus sophistiquée et plus chère que celle de son frère, ou quand elle veut se faire plaisir, elle aura tendance à acheter ce qui a de mieux pour sa soeur et s’offrir ce qu’il y a de moins coûteux. 

Ce dernier exemple, lui fait dire que finalement, elle préfère ne pas avoir plus que son frère et sa soeur, car elle n’a pas envie de devoir partager avec eux comme son père fait depuis des années avec ses frères. Bien entendu,  elle, qui a pour valeur la générosité et le don de soi, ne se sent pas très fière de ressentir cela.

 

Pour terminer, elle me dit que lorsqu’elle est née, son père a eu le sentiment qu’Armelle lui a porté chance. Effectivement, juste à sa naissance, il a obtenu un emploi prestigieux et depuis elle est sa préférée.

 

 

La malédiction de la Toute-Puissance.

 

Autour du berceau de l’enfançon, la fée « Toute Puissance » est l’invitée principale. Sous les spots light de ses bonnes intentions à vouloir faire le bonheur de tout le monde, elle pourrait bien être une ombre qui plane sur l’épanouissement du petit poisson qui deviendra grand. 

 

Qui parmi vous ne se blâme jamais d’être trop égoïste, trop paresseux/se, trop bête, trop confiant.e., trop gentil.le, trop généreux/se, ou alors pas assez travailleur/euse, pas assez gentil.le, pas assez généreux/se, pas assez à l’écoute? Où faites-vous partie de ces personnes qui pensent qu’elles sont foncièrement mauvaises? 

 

Toutes ces autocritiques sont en rapport avec l’envie profonde de faire le bonheur, malgré nous, de nos proches, de nos parents, de nos ami.e.s, de nos frères et soeurs.  Nous sommes prêt.e.s à presque tout, comme nous priver, nous limiter, nous punir et nous détourner de ce qui nous rend heureux/ses pour accéder à cette Toute-Puissance. Nous voulons croire que nous pouvons contrôler la vie et le bonheur de ceux et celles qui comptent pour nous. Tant qu'ils/elles ne seront pas heureux, nous ne pourrons pas l'être. Ce serait injuste. 

 

 

Le crime imaginaire d’Armelle.

 

Armelle me confie que le fait d’être la préférée de son papa, lui pèse. C’est comme si elle volait, à son frère et à sa soeur, l’amour du père. Elle porte depuis des années cette souffrance très secrètement et,  même inconsciemment. Ce sentiment de détourner l’amour du père l’a amenée à faire des centaines de petits gestes pour leur dire : “ Ne vous inquiétez pas, je ne garde pas tout pour moi. Je partage et partagerai toujours avec vous. “ Ou encore “ Regardez, je ne profite pas de cet amour que papa me donne.”

Heureusement, le frère et la soeur d’Armelle ont plutôt une bonne vie et donc l’impact de ce détournement d’affection n’a pas un trop grand effet sur sa vie, enfin presque pas. Elle se sent privilégiée, mais souffre tout de même de ce long célibat, et les années passent...vite.

Maintenant, imaginez un instant que le frère ou la soeur, serait en souffrance, pauvre, malade, vous comprendrez que l’effet pourrait être dévastateur. 

 

D’après Lewis Engel et Tom Ferguson qui ont publié en 1990 “Imaginary Crimes. Why we punish ourselves and how to stop”, voler l’amour des parents est un des sept crimes imaginaires qui font que nous nous autopunissons et sabotons nos vies. 

Les 6 autres crimes sont : 

  • surpasser les siens

  • être un fardeau

  • trahir les siens

  • abandonner ses parents

  • être foncièrement mauvais

  • rompre l'unité familiale

J’en parlerai dans d’autres articles.

 

 

La Constellation familiale d’Armelle.

 

Continuons la séance avec Armelle.  Après l’avoir écoutée, je lui propose de poser, au sol des papiers munis d’une flèche pour chaque membre de sa famille d’origine (papa, maman, frère, soeur et elle-même). Puis je l’invite à aller se placer debout sur chaque papier afin de prendre connaissance des ressentis de chaque personne de la famille. Cette exploration fut comme une révélation pour elle. Elle a ainsi découvert qu’elle et sa fratrie portaient émotionnellement leurs parents (bien que les parents apportent quand c’est nécessaire une aide matérielle à leurs enfants).  Elle a pu aussi prendre conscience, de par la configuration de son système familial, qu’il n’y avait pas de place pour un homme dans sa vie. C’est alors que je l’ai invitée à ajouter un ancêtre fort et elle a tout de suite su qui elle avait envie d’ajouter. Elle a placé deux ancêtres forts qui lui étaient chers, une pour elle et un pour son père. 

L’effet s’est tout de suite fait ressentir. Ainsi juste avec cette ancêtre forte dans son dos, elle se sentait à nouveau libre. Puis, elle a eu envie de mettre ses parents derrière elle et, à côté d’elle, ses frères et soeurs, devant les deux ancêtres forts. En revisitant sa propre place, elle a ressenti une ouverture, une envie de s’étirer et en ouvrant les yeux, elle a réalisé qu’elle pouvait regarder le futur, qu’il n’y avait plus l’écran des parents. La place était libre pour voir un homme venir à elle. 

 

En reprenant sa place dans son système familial, en respectant l’ordre qui permet à l’amour de couler des ancêtres vers les descendants, elle a pu se libérer de cette culpabilité de voler l’amour à son frère et sa soeur, et finalement tout s’est rééquilibré. Nos parents ne doivent pas être forts, car il est toujours possible d’ajouter des ancêtres (que l’on n’a peut-être pas connu) derrière eux pour que la vie et l’amour puissent à nouveau couler vers les descendants et permettre à ceux-ci d’être heureux, en bonne santé, et capables de profiter de la vie.

 

Ressentez-vous en vous cette tendance à l'auto-sabotage? 

 

Si vous vous êtes reconnu dans cet article et que vous aimeriez en finir avec l'auto-punition et les auto-sabotages, je vous invite à prendre contact avec moi en m'envoyant un email à accueil@lesconstellationsdorianne.com. Je me ferai un plaisir de vous répondre et de vous offrir un entretien de 30 min sur ZOOM tout à fait gratuitement.

Vous méritez une bonne vie et il est temps d'en finir avec cette tendance à vous effacer et à vous limiter. Chaque être humain a reçu une place sur terre pour s'épanouir sans limites. A vous de prendre la décision de demander de l'aide pour y arriver. 

 

Please reload

Featured Posts

Peut-on hériter d'un abus vécu par un ancêtre et s'en libérer?

September 10, 2019

1/10
Please reload

Recent Posts

October 8, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Search By Tags