L'histoire d'Armelle qui voulait protéger son papa.

August 13, 2018

 

 

Malgré le taux de divorce et de séparation des couples qui n’a cessé de croître depuis 50 ans, la plupart des personnes continuent de croire que créer un couple est quelque chose qui va de soi. Ainsi, il suffirait de s’attirer physiquement, de s’amuser ensemble et de partager des intérêts et des valeurs communes pour que les ingrédients nécessaires soient réunis et permettent à ces deux personnes de démarrer un couple et une famille. 

 

Lorsque les croyances se heurtent à la réalité.

Bien que cette croyance soit partagée par des millions de personnes et peut-être bien des milliards, la réalité semble bien différente. Ainsi dernièrement, j’ai reçu une jeune femme d’une trentaine d’années, jolie, dynamique et intelligente, qui venait de rompre avec son compagnon. Quand elle est venue à moi, elle était dans une grande souffrance émotionnelle et donc épuisée. Elle se sentait déchirée, car elle ressentait encore beaucoup de sentiments pour son compagnon alors qu’elle l’avait mis à la porte avec ses trois enfants. 

 

Pourtant, rien ne laissait présager une rupture aussi radicale. Tous les ingrédients cités ci-dessus étaient présents : ils s’attiraient physiquement, aimaient passer du temps ensemble, et avaient plein d’intérêts et de valeurs en commun. Mais alors que s’est-il passé ? 

 

Une blessure émotionnelle qui datait de l'enfance.

Il nous a bien fallu cinq séances pour mettre le doigt sur la blessure émotionnelle qui était à l’origine de ce qu’elle vivait. 

 

Après l’avoir écoutée, et entendu qu’elle souhaitait continuer sa relation avec lui, il est apparu qu’il ne semblait pas tout à fait sur la même longueur d’onde qu’elle. Elle me raconte qu’elle l’avait revu et qu’il n’avait pas l’air perturbé d’avoit été éjecté de la maison. Sa conversation était celle de deux potes qui se retrouvent, mais n’avait rien à voir avec celle de deux personnes qui avaient comme projet de créer une famille. Tiens, tiens. 

 

Pour vous aider à comprendre la situation, Armelle, ma cliente, est maman célibataire d’un petit garçon d’un an qu’elle a adopté suite à une opération l’a rendant stérile. Son rêve est de créer une famille pour permettre à son fils Joseph de pouvoir s’épanouir entouré de frères et sœurs. 

 

Il y a moins d’un an, elle rencontre Étienne qui a fait faillite avec son entreprise et vient de rompre avec sa femme avec qui il a eu 3 enfants.  Malgré tout cela, très vite, tous deux ressentent beaucoup de joie à être ensemble. Deux mois se sont à peine écoulés depuis leur première rencontre et Étienne se retrouve à la rue avec ses 3 enfants, car sa future ex-femme a demandé au juge de pouvoir garder la maison familiale. Armelle, après quelques hésitations, voyant son amoureux à la rue, avec toutes ses affaires dans une camionnette, lui propose de venir loger chez elle, temporairement, et accueille également les 3 enfants les weekends où ils sont avec leur papa. Au début, les choses se passent bien, mais tout doucement, Étienne n’ayant pas de réel projet professionnel se laisse vivre et commence à boire de plus en plus. Elle est également confrontée à des signes qui l’interpellent comme celui de ne pas être présentée à ses amis ce qui lui fait se sentir peu importante aux yeux d’Étienne. En passant du jour au lendemain d’une famille monoparentale avec un enfant unique à une famille recomposée avec 4 enfants, elle finit par se sentir écrasée par la situation. Malgré tout, de nature empathique, elle comprend qu’il faut du temps pour retrouver un équilibre après une série de chocs comme Etienne en a eu. Finalement trop c’est trop ! Le Burnout n’est pas loin.  Elle sait qu’elle doit prendre soin d’elle et de son petit garçon même si elle n’y arrive pas toujours.  Elle ne veut pas être égoïste, dit-elle, mais tout de même elle doit se protéger pour pouvoir assumer pleinement son rôle de maman qui travaille. Elle répète plusieurs fois qu’elle est surprise de voir la violence avec laquelle elle a mis dehors son amoureux. 

 

Reconnaître ses besoins et pouvoir en prendre soin.

Pour commencer, le travail de Coaching Relationnel Systémique a mis en évidence qu’Armelle avait beaucoup de difficultés à connaître ses besoins, et qu’elle mettait énormément d’énergie à prendre soin des besoins des autres avant qu’il y ait des demandes de leur part sans pouvoir s’occuper des siens propres. Elle reconnait qu’elle pensait que naturellement l’autre, par amour, s’occuperait d’elle sans qu’elle ait besoin de le lui demander. Le problème est que son compagnon n’avait aucune idée de ce dont elle avait besoin. Bien entendu, son amoureux, n’étant pas un goujat, lui donnait régulièrement un coup de main à la maison ou s’occupait bien volontiers du petit Joseph sans que cela ne soulage vraiment Armelle. 

Puis, on a été plus en profondeur et ce qui est ressorti c’est qu’elle recherchait avant tout à construire une famille.

 

La confusion entre le projet sur l'autre et l'amour.

Le grand choc pour elle, ce fut de découvrir qu’elle avait vu en Étienne la famille et pas vraiment l’homme. Étienne était pour elle l’accès à un rêve d’enfant qui était de créer une famille où chacun peut compter sur l’autre. Finalement, elle a réalisé qu’elle avait projeté sur Étienne son envie de famille et qu’elle l’avait confondu avec son rêve. Cette confusion l’a empêchée d’entendre qu’Étienne ne cherchait pas à créer une famille puisqu’il en avait déjà une .  Nous avons alors fait un petit travail de Constellations systémiques pour séparer son rêve de son amoureux. 

 

La clarification de cette confusion n’a pas vraiment libéré Armelle de son envie de reprendre la relation avec Étienne alors qu’il était clair pour elle qu’il n’avait pas envie de s’investir plus que cela dans leur couple.

 

Le rêve d'Armelle.

J’ai demandé à Armelle ce que signifiait pour elle cette famille tant désirée. Elle est revenue sur sa propre enfance où elle s’était sentie insécure avec un papa malade psychologiquement, et, avec sa maman qui avait eu un moment de grand désarroi au point qu’elle avait fait une tentative de suicide. 

En réexplorant sa relation avec son père, elle s’est souvenue qu’elle avait peur de devoir vivre avec lui même à temps partiel, et qu’en même temps elle se sentait coupable de le laisser seul. Un souvenir, qui lui fendait encore le cœur, était d’entendre son papa lui dire qu’il serait seul pour fêter son anniversaire. Effectivement, son père avait eu une mère peu maternelle qui était plus occupée à des mondanités qu’à être présente et soutenante pour son enfant.

 

Tous les enfants cherchent à sauver leurs parents, et ressentent très souvent qu’ils n’en font jamais assez.   Il est apparu qu’en offrant une stabilité à Étienne, c’était un peu comme si elle réparait le lien avec son papa.  Armelle m’explique aussi qu’elle ne se sent attirée que par des hommes présentant un profil énergétique et même physique assez proche de celui de son père, les autres n’éveillant rien chez elle. 

 

 

Chacun son destin

À ce moment, je lui propose de faire une Constellation par visualisation, une technique que j’utilise parfois quand on travaille par Skype. Je l’ai invitée à se visualiser dans un espace protégé et de laisser venir à elle Étienne. Je l’ai invitée à ressentir en elle les sensations et émotions face son ex-copain. En voyant Étienne mal à l’aise, elle a ressenti un mal au cœur. Elle a eu envie de le prendre dans les bras et de lui dire que tout allait se résoudre.

C’est alors que je l’ai invitée à imaginer que derrière Étienne se cachait son père et que celui-ci se montrait. En le voyant, là, présent, elle a ressenti une profonde tristesse.  Je lui propose alors d’essayer la phrase “Étienne, je t’ai confondu avec mon père”.   “Maintenant Étienne je te vois vraiment”.  "Et toi, Papa, je peux te voir aussi”.  Elle me dit ressentir de la peine pour tous les deux. 

C’est là que je lui propose de dire à son père : "Je suis la petite, et toi tu es le grand. Et j’ai porté avec toi tes problèmes. C’est trop lourd pour moi. Aujourd’hui, je te rends tes histoires, tes problèmes et ta maladie, cela t’appartient. De toi, je prends la vie et je m’en contente.” 

 

Après avoir dit ces phrases, elle se sentait vraiment peinée. Elle se met à pleurer, car elle sait pourquoi il était comme ça. La mère de son père l’a abandonné. Il était seul.  

C’est alors que je lui propose de dire : “Parfois je ressens l’abandon comme toi tu l’as vécu. Je sais que tu ne m’as jamais abandonné. Tes histoires avec ta maman t’appartiennent. Tu as eu un lourd destin, et moi j’ai un autre destin ». À ce moment elle trouve que c’est trop dur de dire cela. Elle n’arrive pas à accepter l’idée que son papa puisse avoir un lourd destin et pas elle. Alors je lui propose de tester la phrase : “j’aimerais souffrir avec toi papa”. Le fait de dire ces mots lui apporte un soulagement. Elle a le sentiment qu’il n’est plus tout seul. Elle ressent que c’est juste. C’est alors que je lui propose de redire : “Je suis la petite” et toi tu es le grand avec ton destin. Et moi j’ai mon destin. Je te crois capable de t’occuper de ton destin à ta façon.”   Même si c’est vrai, elle trouve que c’est difficile d’admettre que son père ait un destin aussi douloureux et qu’il puisse s’en occuper à sa façon.

 

À ce moment, elle me dit qu’elle voit un petit garçon malheureux qui est son père. 

Je lui propose alors de faire quelque chose pour aider son père. On cherche une ancêtre forte qui s’avère être une arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-mère de la lignée maternelle de son père pour lui apporter de l’énergie et de la force. Armelle, se sent pour la première fois soulagée de voir cette ancêtre prendre son papa dans ses bras et le consoler. 

Je l’invite à dire : “Chère 6x arrière-grand-mère, je te confie mon père qui a eu un lourd destin. Il m’a transmis la vie."  

Armelle se sent libérée et aussi soutenue. Après toutes ces années, quelqu’un de la lignée des ancêtres peut s’occuper de son père ce qui lui redonne énergie et puissance. 

Étonnamment, Étienne a perdu de son importance et a quasiment disparu de sa visualisation. 

 

À la fin de cette séance, Armelle m’a redit plusieurs fois combien elle repartait soulagée et libérée d’un grand poids qui l’écrasait. Elle a compris qu’elle avait cherché à réparer l’abandon dont elle se sentait coupable en prenant en charge Étienne et ses enfants. 

 

Les enfants aiment inconditionnellement leurs parents.

Cet accompagnement m’a beaucoup touché personnellement.  Il m’a rappelé combien les enfants aiment leurs parents inconditionnellement et n’hésitent pas à se sacrifier pour témoigner leur amour. 

 

Cet exemple met en évidence une des trois lois systémiques qui agissent au sein des familles: la loi de l’appartenance. En ne sachant pas comment faire avec un père fragile psychologiquement, la justice et les services sociaux ont trouvé la solution de l’exclusion ce qui a activé des loyautés toxiques chez l’enfant. Devenu adulte, il/elle pourra être attiré.e par un.e partenaire amoureux/euse qui lui rappellera le parent exclu. Ainsi, il lui sera possible de rejouer le scénario afin de réinclure la personne écartée du système. 

 

Si vous vous êtes reconnu.e dans cette histoire ou dans une partie de celle-ci et que vous aussi avez tendance à être attiré.e par des partenaires qui finissent par être un poids dans votre vie, alors le moment est venu de vous libérer de loyautés toxiques qui vous empêchent de vivre votre vie avec légèreté et joie.  N'hésitez pas à m'envoyer un email pour connaître les programmes que je propose:  accueil@lesconstellationsdorianne.com

 

Please reload

Featured Posts

Peut-on hériter d'un abus vécu par un ancêtre et s'en libérer?

September 10, 2019

1/10
Please reload

Recent Posts